Bureau WALK – vu par un ERGONOME

bureau réglable en hauteur électrique avec tapis de marche

 

Le point de vue d’un médecin ERGONOME

Apprendre à se familiariser avec le concept de travailler en marchant

Nous avons appris à connaître  le concept de travailler en marchant en même temps que nous découvrions le prototype du bureau WALK.
Nous nous sommes familiarisés avec lui en l’installant dans nos locaux. Après tout, la mise en pratique et l’expérience valent toutes les leçons et toutes les lectures sur le sujet !

Si nous maîtrisions son utilisation, sa technicité et les arguments à présenter pour qu’une entreprise ait l’envie d’adhérer à cette révolution alternative du travail, il ne fait pas de doute qu’aucun de nous ne maîtrise l’argumentaire de santé.
Nos connaissances s’arrêtent aux lectures et aux documentations, pourtant nombreuses, que nous avons ingérées à ce sujet.

L’avis d’un expert

Nous avons pris contact avec un médecin du travail ergonome, afin d’avoir un retour sur ce nouveau produit mais également pour mieux intégrer et maîtriser les points de santé liés à cette nouvelle manière de travailler. Le regard ne trompe pas, et tout de suite nous avons vu cette petite étincelle dans les yeux de notre expert. Le produit est intéressant, révolutionnaire et regorge de potentiel.

Ce professionnel a commencé par nous lister les informations de base à savoir sur la marche dans son sens le plus basique :
– Tout d’abord, il faut savoir que l’homme en marchant, effectue un mouvement de balancier allant de droite à gauche. Lorsqu’il pense marcher « droit », l’homme effectue une petite oscillation.
Le Bureau WALK doit, pour compenser cette oscillation, proposer un appui stable par le biais de son plateau. Cette stabilité va se transmettre dans la partie supérieure du corps et constituera la première étape pour travailler en marchant.

– La marche est un vecteur d’oxygénation du corps et notamment du cerveau. Si marcher peut devenir un accélérateur de la concentration et des performances, il faut tout de même intégrer qu’on ne peut pas cogiter à toutes les vitesses.
Ainsi, il est strictement impossible de travailler en courant ou même en marchant trop vite. C’est pour cela que le bureau WALK propose une vitesse réglable sur un delta allant de 0.8 km/h à 6 km/h.
D’expérience nous utilisons le WALK dans des vitesses allant 1 km/h à 3 km/h maximum selon les missions du moment.

– Marcher est un mouvement qui nous semble à tous instinctif mais qui nécessite cependant un temps d’adaptation de la part du cerveau. Il faut s’habituer à un rythme et intégrer l’équilibre nécessaire pour s’adapter au terrain.
Pour un produit comme le bureau WALK dont le tapis de marche n’apporte pas la même sensation qu’une marche sur un sol standard, un temps d’adaptation de 2 minutes est recommandé à basse vitesse, afin que le cerveau prenne ses repères.
Passé ce temps, vient le moment d’ajuster la vitesse  de croisière adaptée au travail que vous comptez entreprendre. Dans la même logique, la décélération doit être progressive.

Ainsi, notre spécialiste nous a livré une anecdote amusante afin de nous faire intégrer le lien entre performance et marche. Nous avons pensé que vous la livrer serait judicieux car nous nous sommes retrouvés à 100% dans cette remarque :
« Qui, lorsqu’il reçoit un appel d’un client par exemple, ne se lève pas machinalement pour aller réaliser quelques pas ? Personne ! Inconsciemment votre corps se redresse et effectue une petite marche car la ré-oxygénation rétablit votre capacité de concentration ! »

Les conseils pour améliorer le bureau WALK en matière d’ergonomie

Le premier point sur lequel notre expert ergonome a insisté, fut de rappeler que l’ergonomie est la mise à disposition d’un mobilier qui s’adapte à l’utilisateur. Et jamais l’utilisateur qui s’adapte à un mobilier ergonomique.

Ainsi, pour gérer tout type de gabarits et conserver la station de travail la plus droite possible, le bureau doit s’élever à 130 cm.
Toujours afin de maintenir un dos bien droit, il peut être judicieux de mettre à disposition un support écran délivrant le haut de l’image à hauteur des yeux.
Un plateau profond est recommandé afin d’accueillir les bras de l’utilisateur qui va y prendre appui, sans oublier l’espace nécessaire pour travailler sur un ordinateur.