Pourquoi travailler assis est-il mauvais pour la santé ?

L’augmentation de la sédentarité

De nomade à sédentaire

On estime qu’un salarié moyen passe 5h30 de son temps de travail journalier en position assise. En parallèle de l’augmentation des activités sportives, le temps passé assis a lui aussi progressé.
Et le monde scientifique s’accorde pour dire que cette sédentarité est attribuée au progrès technologique qui nous conduit inexorablement vers des positions toujours plus passives (téléphones, tablettes, ordinateurs, voitures…).

fauteuil bridge avec revêtement tissu à motifs

Les effets d’une station assise prolongée

Une position figée durant de longues périodes réduit la circulation du sang (d’où les engourdissements qui en découlent).
Rappelons que le sang est responsable de l’approvisionnement en oxygène dans le corps humain. Et naturellement, lorsque le sang circule mal, le corps s’oxygène également moins bien.

Cela a pour effet de produire ce que l’on appelle « l’oxydation » (que la médecine du travail préfère appeler oxydoréduction), elle-même responsable de dégradations avancées des cellules du corps.
Et les conséquences sont étonnement impressionnantes : hypertension artérielle, taux de cholestérol trop élevé, risque cardiovasculaire, diabète, obésité et même cancer…
En fait, le corps médical n’a que récemment pris conscience des conséquences sur l’organisme de ces changements de comportements.

A court terme, être trop souvent et trop longtemps assis provoque une multitude d’inconforts quotidiens : sensation de fatigue, difficultés de concentration, douleurs musculaires et articulaires…
L’ensemble de ces maux sont appelés les TMS (Troubles Musculo Squelettique). Doucement mais sûrement, ils prennent de l’ampleur : mal de cou, mal de dos, douleurs dans les lombaires. Ces TMS sont à l’origine de nombreux arrêts de travail.
Pour résumer, les TMS sont des pathologies mécaniques issues d’un dérèglement postural.

troubles musculo squeletiques

Le mouvement c’est maintenant.

Évitons les longues sessions en station de travail assise ou debout.
Une pause toutes les 2 heures est recommandée afin de se dégourdir les membres et de s’étirer. Quelques minutes de marche permettront à votre corps de s’oxygéner normalement (2 à 3 min pour 2 à 3 heures). On ne saura que vous encourager à pratiquer la marche après le travail (30 min ou une demi-heure suffisent !).

Il est facile de constater après l’application de cette cure que votre capacité de concentration est restaurée et votre productivité augmentée. Cela s’explique par une meilleure oxygénation de votre cerveau à la suite de votre petit exercice. Il faut régulièrement briser les positions figées (qu’elle soient assises ou debout).

Les plus observateurs auront remarqué que l’utilisation du téléphone portable pour un appel important par exemple, s’accompagne souvent d’allers et retours incessants, de pas inexpliqués et de mouvements de jambes… L’utilisateur « fait les 100 pas ».
Inconsciemment le corps implique ce mouvement pour augmenter les capacités de l’individu. L’oxygénation du cerveau augmente et l’efficacité neuronale également.

Pour notre prochain billet « Bureau réglable en hauteur, un modèle qui s’impose ENFIN en France »

Pour les entreprises françaises, c’est un des premiers outils dans la lutte contre la sédentarité au travail. Les bureaux réglables en hauteur offrent la possibilité de varier les positions de travail selon les missions du moment.
Pourtant cela n’a rien de nouveau puisque les pays scandinaves utilisent cette technologie depuis plus de 15 ans…

bureau réglable en hauteur électrique en position haute avec cloison frontale

 

Quelques articles traitant du même sujet :

http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/01/24/la-sedentarite-tue-plus-que-le-tabac_4354073_1651302.html

http://www.huffingtonpost.fr/2014/05/30/assis-bureau-sante-travaillez-debout_n_5415978.html